Histoire de CUBA

 

La baie des Cochons

 

C'est dans ce contexte très tendu qu'éclate un premier incident entre les deux états.
Au printemps 1960, Eisenhower autorise la CIA à entraîner des exilés cubains anticastristes dans
des camps au Guatemala et à Panama.
L'objectif clair est de préparer une intervention militaire pour renverser le régime de Castro et
mettre en place un gouvernement pro-américain. Le 15 avril 1961, des B26 de l'US Air Force,
conduits par des pilotes cubains et camouflés aux couleurs de l'aviation cubaine,
bombardent les aéroports de La Havane et de Santiago.
Deux jours plus tard, quelque 2 000 mercenaires cubains sont débarqués dans la baie des Cochons,
sur la côte méridionale de l'île. L'opération se solde par un échec total. Mal organisés,
attaqués par l'aviation et l'artillerie cubaines, les exilés ne trouvent pas le soutien nécessaire
auprès de la population locale.
Au total, 90 d'entre eux trouvent la mort et 1 113 sont faits prisonniers.
Sur le plan international, cette tentative manquée discrédite le président J.F. Kennedy,
à peine trois mois après son investiture.
Autre conséquence de ce fiasco : le 16 avril, lors des obsèques des victimes du bombardement survenu la veille,
Fidel Castro prononce un discours dans lequel il qualifie pour la première fois son régime de "socialiste ".
La crise de Cuba ou crise des fuséesChronologie (1962): Crise des fusées de Cuba

En octobre 1962, des avions espions américains U2 découvrent que l'URSS est en train d'installer à Cuba
des rampes de lancement pour des missiles soviétiques à moyenne portée.
Apprenant par ailleurs que des navires soviétiques, chargés de fusées se dirigent vers Cuba,
Kennedy adresse le 22 octobre un "message à la nation " dans lequel il annonce la mise en quarantaine de l'île,
tout en exigeant des Soviétiques qu'ils démontent immédiatement leurs installations militaires.
Il les menace également de représailles massives au cas où une fusée nucléaire serait lancée à partir de Cuba
contre l'une quelconque des nations de l'hémisphère occidental.
Pendant quelques jours, le monde vit dans la crainte d'une troisième guerre mondiale.
Mais finalement Khrouchtchev s'incline.
Il donne l'ordre aux navires de rebrousser chemin et annonce le 29 octobre que les armes stratégiques
déjà stationnées à Cuba seront démontées et ramenées en Union soviétique.
Le 21 novembre, les Américains lèvent le blocus, après s'être assurés que les fusées et leurs rampes ont bien été retirées de Cuba.
Sous l'emprise soviétique
Ces événements expliquent en partie l'isolement de Cuba face aux Etats-Unis et l'emprise de plus en plus forte
de l'union soviétique sur l'économie cubaine à partir des années 1970 :
celle ci achète à Cuba son sucre à un prix très avantageux par rapport au cours mondial,
mais utilise l'armée cubaine pour atteindre ses objectifs stratégiques en Amérique latine et en Afrique,
principalement en Angola.
Si Cuba, depuis le début des années 1980, a renoué des relations avec de nombreux pays d'Amérique latine
et des Antilles, ses nouveaux partenaires ne peuvent compenser les effets de la décomposition du Comecon.


Copyright © 2002 Franck H.

 

Retour

Sommaire

Suite